Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog  de l'association Aux Marins

Un petit-fils à la recherche de son grand père, fusilier marin disparu à Dixmude en 1914

M. Georges Le Priellec membre de l'association "Aux Marins" relate sa quête de mémoire pour retrouver la trace de son grand-père. 

 

La photographie de son grand-père, Hippolyte Le Priellec, figure au cénotaphe, partie intégrante du Mémorial National des Marins Morts pour la France de la Pointe Saint Mathieu en Plougonvelin (Pays d'Iroise).

 

Georges Le Priellec a retracé dans "La Chaloupe", revue du cercle généalogique Sud Bretagne, www.cgsb56.asso.fr

l'histoire de son grand-père et son propre travail à la recherche du corps de son aïeul, porté disparu  le 10 novembre 1914 alors qu'il combattait au sein de la Brigade des Fusiliers Marins à Dixmude.

 

Comme il le cite dans un des articles ci-dessous :

 

"Faire son deuil est nécessaire pour évacuer un sentiment de rupture lorsqu'un être qui vous est cher disparaît brusquement sans que l'on sache ce qui lui est arrivé et qu'aucun corps ne peut être retrouvé. La présence de monuments de souvenir, de stèles, de cénotaphes permet de remplacer la tombe d'un cimetière, tombe sur laquelle nous venons régulièrement pour y rencontrer nos proches qui nous ont quittés et qui y reposent.

Cette rupture qui persiste est souvent transmise aux enfants et petits-enfants auxquels on a rappelé cette absence qui a perturbé une vie jusqu'alors heureuse et pleine d'espoir. C'est ainsi que j'ai toujours eu un manque de n'avoir pas connu mon grand-père ..."

 

 

Première partie :              1 9 1 4

 

La Chaloupe N° 70-1(couverture Haut-bas)

La Chaloupe N° 70-36

La Chaloupe N° 70-37

  La Chaloupe N° 70-38(02) copie

La Chaloupe N° 70-39

La Chaloupe N° 70-40

  La Chaloupe N° 70-41(02) copie

 

La Chaloupe N° 70-42(02) La Chaloupe N° 70-43

La Chaloupe N° 70-44

 

Deuxième partie : "De la porte de Menin à la Pointe Saint Mathieu"

Georges Le Priellec, nous présente, en introduction à l'article qu'il a fait paraître dans "La Chaloupe" de 2009, la suite de ses démarches pour perpétuer la mémoire de son grand-père, Hippolyte.

"Je suis retourné à Ypres en septembre 2007, avec mon épouse et deux de mes fils ... Après avoir vu Dixmüde, nous sommes revenus à Ypres voir la Porte de Menin, et là sur un des bancs de pierre était fixé par un simple scotch un document sur lequel se trouvait une reproduction d'une photographie d'un militaire Britannique dont le nom était gravé juste au dessus de l'emplacement où ce document se trouvait.

Il avait été mis là par une arrière petite fille venue voir où son arrière grand-père avait trouvé la mort pendant ce conflit.

On peut craindre pour la durée de vie de ce document mais j'ai vu là une justification de la création du Cénotaphe de la Pointe Saint Mathieu, un lieu de souvenir et surtout, au delà des noms gravés, une photographie qui rappelle les êtres disparus".

  

La Chaloupe N° 91-1(couverture haut-bas)

 

 

La Chaloupe N° 91-27(02) 

La Chaloupe N° 91-28(02) copie 

 

La Chaloupe N° 91-29

 

 -----------------------------------------------------

  Le 10 novembre 2009,

au cours de la traditionnelle cérémonie de ravivage de la flamme du souvenir au cénotaphe, partie intégrante du Mémorial National des Marins Morts pour la France de la Pointe Saint Mathieu en Plougonvelin (Pays d'Iroise),

M. Pascal Mailhos, Préfet du Finistère, a souhaité retracer l'histoire de la brigade des  fusiliers marins qui s'est illustrée aux côtés de l'armée belge à Dixmude en 1914.

Consulter l'article complet : 10 Novembre 2009 - Ravivage et partage de la Flamme du Souvenir

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article