Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 janvier 2013 1 14 /01 /janvier /2013 09:33

Un peu d'histoire

Dans la mythologie romaine, Pluton et ses deux frères, Jupiter et Neptune, renversèrent leur père, Saturne. Ils se partagèrent alors le monde : Jupiter choisit la terre et les cieux, Neptune, la mer, et Pluton le monde souterrain pour devenir le dieu des morts. Pluton eut pour épouse Proserpine (Coré ou Perséphone) qu'il enleva de la terre pour en faire la reine des enfers. Il correspond dans la mythologie grecque au dieu Hadès. On met sur le compte de Pluton, les tonnerres qui grondent pendant la nuit.

Pluton, est aussi le nom donné au corps céleste découvert en 1930, considéré alors comme la neuvième planète du système solaire.

 Le croiseur mouilleur de mines Pluton 

Sur le modèle du HMS Adventure de la Marine britannique, entré en service au début des années 1920, la Marine nationale décide en 1925 de construire un croiseur mouilleur de mines rapide. Plus petit et plus rapide que l’Adventure, le Pluton pouvait être utilisé en tant que transport de troupe (jusqu'à mille hommes). Les côtés des hangars à mines normalement ouverts, pouvaient être fermés par des panneaux.

Ses caractéristiques étaient :

  • Longueur : 152, 5 m
  • Tirant d’eau : 5, 18 m
  • Déplacement : 4 773 t – 6 500 t (port en lourd)
  • Puissance : 57 000 ch
  • Vitesse : 30 nds

Son armement comprenait 4 canons de 138 mm, 10 canons AA de 37 mm, et pouvait transporter 220 à 270 mines.

 

Son rayon d’action était de 4 510 nautiques à 14 noeuds.

  

0-Symbole du Pluton Construit par l’arsenal maritime de Lorient, à partir  de  1928, il est armé le 25  janvier 1932 et entre en  service  dans la flotte méditerranéenne. Mais il doit subir à  l’arsenal de Toulon  des modifications, tant au niveau des  machines  que du côté du système d’armes, durant les  années  de 1933 à  1935,  et sa dernière phase de  réparation comprenant divers travaux sur  les machines et  les canons se déroule de novembre  1938 à février1939.

Symbole du Pluton (source internet)                                                 

 

1-Le Pluton 1

       Le croiseur mouilleur de mines Pluton (source internet)

 Le Pluton dans la guerre 

La guerre s'annonçant , le Pluton est de nouveau transformé en mouilleur de mines. Il est Intégré, à l’été 1939, dans une escadre de Brest alors que dans un premier temps, transféré à Lorient, en mai 1939, il était destiné à remplacer le croiseur Jeanne d’Arc dans son rôle de bâtiment école.

Au début des hostilités, par des renseignements britanniques, l’Amirauté française croit savoir que les croiseurs de bataille allemands ont pris la mer pour opérer en Atlantique et qu’une attaque des côtes marocaines n’est pas à exclure. Dans cette optique, le Pluton reçoit l’ordre d’appareiller pour établir un champ de mines défensif, notamment contre sous-marins, en certains points du littoral devant les côtes du Maroc. Il part de Brest, en compagnie de la force Raid, le 2 septembre, à 20h00, avec 125 mines Bréguet embarquées à son bord. Arrivé à Casablanca, le 5 septembre, après avoir quitté son escorte, le Pluton, amarré à la jetée Delure, doit se tenir prêt à mouiller ses mines à partir de la nuit du 11 au 12 septembre. Cependant, les cuirassés allemands, repérés à leur mouillage habituel, ne semblent pas appareiller vers les côtes d’Afrique du nord. Dans ces conditions, l’amirauté rappelle l’escadre de l’Atlantique et donne l’ordre au Pluton de débarquer ses mines et ne faire qu’un simulacre de mouillage. En conséquence, le Commandant de la Marine au Maroc, le contre-amiral Sable, donne l’ordre de commencer, le 13 septembre au matin, le débarquement des mines.

L’accident du Pluton 

Le débarquement des mines commence à 10h30 sous la direction du capitaine de vaisseau Dubois, commandant le Pluton, et sous la surveillance directe du lieutenant de vaisseau Le Cloirec, chef du service armes-sous-marines de ce bâtiment.

A 10h40, une longue flamme jaillit brusquement du pont arrière, accompagnée d’une forte détonation. Le Pluton est immédiatement enveloppé d’un immense nuage de poussière et de fumée. Une deuxième explosion se produit quelques secondes plus tard ; le pont s’ouvre en entier, un violent incendie se déclare. Les morts sont nombreux, tant sur le Pluton que sur les bâtiments navires avoisinants. Le mazout se répand sur l’eau et s’enflamme. La détonation est entendue à une très grande distance. La déflagration est telle que de nombreuses vitres sont brisées en ville et sur d’autres bâtiments de la Marine, distants de 1 000 mètres environ. Les toitures des magasins du port sont enlevées.

 2-Le Port après explosion 2

         Le port après l’explosion (collection Norbert Renaut)

 

L’ordre est donné aux 12 sous-marins présents d’appareiller à 10h53

A 10h55, le Pluton s’incline sur bâbord et coule lentement.

A 11h07, l’entrée du port est interdite par signal à tout navire.

A 11h15, le bâtiment endommagé repose entièrement sur le fond.

 3- Le Pltuon sur le fond

       Le Pluton repose sur le fond (source internet)

 

La perte du Pluton par l’explosion de ses mines cause également la perte de petits bâtiments  de voisinage.

 4-Port Casablanco explosion 3

                   Le port de Casablanca après l’explosion (collection Norbert Renaut)

Les témoignages visuels 

Du navire polonais L’Iskra

Un équipage de cadets d’un canot du navire polonais L’Iskra, naviguant à l’aviron, à environ 150 m par le travers du Pluton observe 3 phases :

  • Une première explosion entre la cheminée arrière et le mât arrière,
  • Puis très proche, l’inflammation d’une embarcation accostée à l’arrière,
  • Une grande détonation faisant sauter l’arrière du navire entre la passerelle arrière et le  pont supérieur.

Après l’accident une vedette de L’Iskra se rend sur l’arrière du Pluton et sauve 3 hommes blessés, l’un se débattant dans l’eau, l’un dans une embarcation accostée à l’arrière et le dernier sur la passerelle de la plage arrière.

L’Iskra appareille presque aussitôt et recueille 19 blessés réfugiés sur la jetée (dont 6 grièvement). Les premiers soins sont donnés par le médecin de L’Iskra bientôt rejoint par 3 médecins de la Marine française.

Rapport du lieutenant de vaisseau Le Cloirec

« Lorsque l’explosion se produisit sur l’arrière, je me trouvais occupé en compagnie du quartier-maître électricien Duez à préparer le débarquement des mines par la grue B. J’eus le temps de voir, avant de tomber, la chute du mât arrière. Je revins à moi entre la cheminée AV et le roof AV. Je m’occupais de canaliser les hommes qui sortaient valides ou blessés de toute part. je fis évacuer le pont des mines sous la direction du maître canonnier Commandre qui montra à cette occasion beaucoup de calme et de sang froid. Je passai à mon tour sur le quai pour tenter de téléphoner près du hangar 10 pour hâter les secours. Je rencontrai le chef d’état-major du commandement de la Marine au Maroc qui m’assura que les ambulances et le personnel médical arrivaient. Je revins à bord et aida au transport des blessés pour les mettre à l’abri d’une nouvelle explosion. En revenant sur le terre plein, je vis sauter un des parcs à munitions. Plus tard, sur le conseil des médecins militaires, je me fis transporter à l’hôpital pour me faire panser ».

Rapport de l’ingénieur-mécanicien principal Cantel, chef du service machines

Outre les circonstances de l’accident, cet officier mentionne les pertes importantes subies par le personnel du service-machines et le dévouement remarquable de certains marins.  

Les causes de l’accident 

Selon les conclusions de la commission d’enquête, écartant les hypothèses d’une attaque sous-marine ou d’un attentat criminel, l’accident a été provoqué par une explosion accidentelle d’une mine, au cours du désamorçage.

Les instructions en vigueur, édictées par l’Etat major de la Marine, et les Directions Techniques du domaine, prévoient que « chaque fois que cela est possible, l’embarquement et le débarquement des mines se font directement sans passer par l’intermédiaire d'un bugalet (sorte de chaland) ». Tel était le cas du Pluton, minimisant ainsi les dangers de manipulations des mines. En outre, avant leur débarquement, les mines devant être désamorcées, à bord.

En conséquence, il est vraisemblable que c’est au cours du désamorçage d’une mine que la première explosion se produisit, la seconde ayant été provoquée « par influence ».

Conclusion 

 La responsabilité du personnel du Pluton et notamment de son Commandant, n’est pas en cause ; ni celle du Commandant de la Marine au Maroc qui avait pris toutes les dispositions de sécurité (police sur le quai de débarquement, manipulation à terre des mines débarquées).

Des progrès sont à faire sur le matériel des mines, mais ces engins resteront toujours, par leur nature même, délicates à manipuler.

Les pertes en vies humaines 

Par un courrier daté du 19 septembre 1939, le capitaine de frégate Benac, Commandant en second du Pluton adresse son rapport au contre-amiral, Commandant la Marine au Maroc.

Dans ce rapport, il ne peut donner avec exactitude l’effectif du nombre des présents à bord. La situation du bâtiment en personnel était la suivante :

  •       Officiers : 17
  •        Equipage : 494
  •        Hospitalisé à terre : 1

Soit un total de 512 ; cependant, il certifie que le total de l’équipage ne dépassait pas 497.

Par un courrier daté du 8 décembre 1939, la Direction du Personnel Militaire de la Flotte (bureau des équipages) donnait au Contrôleur Général, chef de la section administrative du cabinet du ministre de la Marine, la liste nominative du personnel officier et non officier disparus lors de l’explosion du croiseur mouilleur de mines Pluton. Cette liste comprenait 9 officiers, dont le Commandant, et 162 officiers-mariniers, quartiers-maîtres et matelots « présumés disparus ».

Par un courrier daté du 6 décembre 1956, le capitaine de vaisseau Rostand, chef du service historique, faisait un rappel historique de la perte du Pluton à l’attention du Médecin Général, Directeur de l’école principale du Service de Santé de la Marine de Bordeaux. Le constat des pertes en vies humaines était le suivant :

Sur le Pluton :

  • ·        Officiers : 10 tués ou disparus, 2 blessés sur 17 officiers
  • ·        Equipage : 186 tués ou disparus, 73 blessés, sur 497 hommes.

Parmi le personnel du Centre de la Marine au Maroc :

  • ·        1 officier tué, 1 blessé
  • ·        19 hommes tués ou disparus, 29 blessés

En outre, un officier polonais, embarqué sur le torpilleur polonais Wilja, amarré dans le port a également été blessé.

Une note de synthèse sur le drame du Pluton, établi par M. Norbert Renaut, fils d’un tué, le quartier-maître mécanicien Auguste Renaut, donne une liste nominative du personnel officier et non officier disparu lors de l’explosion du Pluton. Cette liste comprend 9 officiers, dont le Commandant, et 173 membres de l’équipage.

 Les disparus du Pluton sont les premiers marins morts pour la France de la seconde guerre mondiale.

 

Le cimetière Ben M’Sick à Casablanca 

Tous les marins de la dernière liste ci-dessus sont enterrés au cimetière de Ben M’Sick à Casablanca, en compagnie des autres marins du torpilleur La Railleuse qui coula dans le port le 23 mars 1940.

Pour ce qui concerne les marins du Pluton, la plupart des inscriptions sur les tombes portent la mention « INCONNU LE PLUTON MORT POUR LA FRANCE  le 13. 09. 1939 ».

Ces tombes sont très bien entretenues par le Souvenir Français.

 5-Tombe Auguste Renaut

                     Une tombe, parmi d'autres, des disparus du Pluton - Serait-ce celle d'Auguste Renaut d'après les indications de son fils, Norbert Renaut - (collection Norbert Renaut) ?

 

 

 

  Les marins du Pluton au cénotaphe de la pointe Saint-Mathieu

  Les photographies des 13 marins suivants sont apposées sur les parois des cryptes du cénotaphe, partie intégrante du Mémorial national des marins morts pour la France situé à la pointe Saint- Mathieu (Plougonvelin – Finistère) . Leur histoire  peut être consultée sur le site internet de l'Association Aux marins www.auxmarins.net rubrique Les Marins.

Liste OK3

Afin de permettre d'honorer la mémoire des autres marins du Pluton, leurs familles sont priées de contacter l'association Aux marins (assauxmarins@orange.fr) ou 02 98 38 07 79.

 

Georges Kevorkian

Responsable commission Recherches historiques de l'Association Aux marins

 

 

Sources 

Divers sites sur internet relatifs au croiseur mouilleur de mines Pluton

Dossier remis à l’association Aux Marins par M. Norbert RENAUT

Partager cet article

Repost 0
Published by assauxmarins-communications - dans Historique
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de l'association Aux Marins
  • Le blog  de l'association Aux Marins
  • : L'association "Aux Marins" assure le développement et le rayonnement du Mémorial National des Marins Morts pour la France, situé en Pays d'Iroise à Plougonvelin - Pointe Saint Mathieu. Le blog, qui relate l'actualité de l'association, est un complément au site www.auxmarins.net. Il est également destiné à créer des liens et des échanges entre tous ceux qui souhaitent exprimer leur reconnaissance aux marins d'état, de commerce et de pêche ayant fait le sacrifice de leur vie pour notre pays
  • Contact

Recherche

Vidéos

07 avril 2017 - Hommage aux "Héros" marins sauveteurs SNSM

06 avril 2017 - Hommage aux marins du Commando Kieffer

10 février 2017 - 1600ème photographie au cénotaphe (Pierre Gourlaouen)

25 janvier 2017 - Hommage aux mousses de la marine morts pour la France

10 décembre 2016 - Inauguration d'un "chemin de mémoire" à la Pointe Saint Mathieu

10 décembre 2016 - Hommage aux marins du bagad de Saint Mandrier

10 Novembre 2016 - Ravivage et partage de la flamme de la nation

04 septembre 2016 - Cérémonie en hommage aux marins du Pays d'Iroise

30 juillet 2016 - hommage aux marins japonais du cargo "Nagata Maru"

 

18 juillet 2016 - Hommage aux 128 marins du contre-torpilleur Bison

07 mai 2016 - Cérémonie annuelle du souvenir vue par TÉBÉOTV

23 avril 2016 - Le comte de Pusy-Lafayette au Mémorial

3 janvier 2016 - Voeux de l'association Aux Marins

10 Novembre 2015 - Ravivage et partage de la Flamme de la Nation - 8ème édition

17 août 2015 - Hommage aux marins français morts pour l'indépendance américaine (1778-1873)

2005 - 2015 : Dix ans de l'association Aux Marins - Retrospective

16 Mai 2015-cérémonie annuelle du souvenir vue par TÉBÉOTV

15-16-17 mai 2015 - Cérémonies de la Mémoire Maritime 2015

13 mai 2015-Pierre Léaustic, Président de l'association Aux Marins à TÉBÉOTV

26 avril 2015 - Cérémonie franco-italienne d'hommage aux 684 marins disparus à bord du Léon Gambetta

27 janvier 2015 - Interview Amiral Samir El-Khadem

10 Novembre 2014 - Ravivage et partage de la Flamme du Souvenir

1er juin 2014 - Qui es-tu Freddie Breizirland' ?

1er juin 2014 - Interview de M Gérard Romiti, président du comité national des pêches

31 mai 2014-cérémonie annuelle du souvenir vue par TÉBÉOTV

Mai 2014 - Exposition 14-18 - le front oublié des marins pêcheurs - vue par TÉBÉOTV

10 mai 2013 - Hommage aux 51 victimes de la Frégate météorologique Laplace

19 mai 2012 - Amazing Grace par les bagads Strollad Bro Leon et Plougastell Adarre

27 août 2011 - Hommage aux marins du Commando François

19 mai 2007 - Cérémonie annuelle du souvenir - discours de M. Yves Guéna

 

Pages